En mémoire . . .
Portrait de Reth Alfred
"Je ne crois pas au progrès de l’art, l’homme a simplement besoin de renouvellement."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Tableaux d’A. Reth », Catalogue de vente Ader-Picard-Tajan, 1991
« L’école de Paris 1904-1929 », M. A. M. de la ville de Paris, 2000
« L’art abstrait et la galerie Denise René », Cercle d’Art, 2001
« Du cubisme à l’abstraction », J. Cserba & C. Kopeczky, Maklary Artworks, 2003
A lire de l'artiste :
« Meine Ausstellung », Der Sturm, 27 février 1913
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Reth Alfred

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Reth Alfred
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Reth Alfred
CUBISME /1907-1925 / Robert Delaunay, Marcel Duchamp, Charles Dufresne, Henri Laurens, Jacques Lipchitz, Jean Metzinger, etc.
ABSTRACTION-CREATION /1931-1938 / Etienne Béothy, Barbara Hepworth, Frantisek Kupka, Piet Mondrian, Sophie Taeuber-Arp, Georges Vantongerloo, etc.
REALITES NOUVELLES /1946-1956 / Etienne Béothy, Marcelle Cahn, etc.
timbre postal de Reth Alfred
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Reth Alfred 
  Quelques notes de biographie . . .
"Reth peut être considéré comme un des plus sérieux et des plus "authentiques" précurseurs du mouvement actuel vers l'abstraction." - Jacques Lassaigne (Critique d’art, 1948)
Reth Alfred dans son atelier
Affiche / Alfred Reth dans son atelier


Toutes les affiches


Alfred Reth, en réalité Alfred Roth, est né en 1884 à Budapest (Hongrie). Fils de médecin, il s’installe à Paris en 1905, après avoir longtemps voyagé en Italie. Habitant Montparnasse, il y fréquente l’académie de Jacques Emile Blanche, où il suit un enseignement de dessin. Au cours d’un second voyage en Italie, Alfred Reth étudie quelques mois à l’académie des beaux-arts de Florence.

Il revient à Paris en 1907. L’influence cubiste domine dans ses oeuvres, portraits, natures mortes, paysages. Intéressé depuis longtemps par l’art indou qu’il a découvert dans les musées, Reth décide, en 1908, de l’étudier scientifiquement. Il tente d’introduire, à partir de cette étude, des principes mystiques à son travail. Une très importante exposition lui est consacrée à la Galerie Der Sturm de Berlin en 1913 où l’artiste montre plus de quatre-vingt peintures et dessins cubistes ; l’originalité de Reth dans le cubisme aura été de rechercher « l’équilibre des masses entre elles ».














Alfred Reth s’engage dans l’armée française à la déclaration de guerre de 1914, mais il sera rapidement réformé.

L’artiste participe à des expositions collectives dès 1910 en France et à l’étranger, notamment aux Salons annuels parisiens (Salon d’Automne, Salon des Indépendants, Salon des Tuileries, etc.). Il sera membre fondateur du Salon Abstraction-Création et du Salon des Réalités Nouvelles. De nombreuses galeries parisiennes exposeront son travail (Galerie Denise René, Galerie Berthe Weill, etc.).













Pendant et après la première guerre mondiale, Alfred Reth revient à une conception de peinture plus réaliste. Il semble même qu’il s’arrête de peindre quelques années jusqu’en 1920. En 1920, Reth renoue avec les éléments les plus audacieux de son passé artistique, aboutissant alors à des solutions plastiques qui s’apparentent aux cercles chromatiques de Robert Delaunay.
Son oeuvre évoluera alors progressivement et résolument vers une abstraction bientôt totale, sans plus aucun souci de représentation, d’association ou d’équivalence.

Alferd Reth est mort à Paris le 15 septembre 1966, une exposition venait de lui être consacrée à Chicago.