En mémoire . . .
Portrait de Manessier Alfred
"La construction d'une oeuvre est mélodique, comparable à celle d'une symphonie."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Manessier », Claire Stoulliq & autres, Skira, Genève/Paris, 1992
« A. Manessier, un peintre de la lumière en baie de Somme », Peter Lanckak
«Manessier, Lumières du nord», B. Ceysson, Renaissance du livre, Tournai 2000
« A. Manessier, une aventure avec Dieu », Sabine Lavergne, Ed. Siloë, 2003
A lire de l'artiste :
«Manessier en Algérie», Djilali Kadid & Manessier, Marsa Ed., Paris/Alger, 2001
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Les vitraux de Manessier », Armelle Langlois, Musée Suisse du Vitrail, Bentelli–Werd Verlags, Berne, 1993
*« L’oeuvre tissé de Manessier », Comité A. Manessier, Paris 1993
*« L’oeuvre », C. R. en préparation, Christine Manessier
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Manessier Alfred

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
Miro Joan
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Manessier Alfred
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Manessier Alfred
ART NON FIGURATIF /1942-1975 / Charles Lapicque, etc.
ECOLE DE PARIS /1945-1960 / Jean Degottex, Georges Mathieu, etc.
Affiche d'exposition Manessier Alfred 
  Quelques notes de biographie . . .
"Quand bien même les oeuvres d'art exaltent la nature, elles ne procèdent pas d'une spontanéité naturelle." - Alfred Manessier
Manessier Alfred dans son atelier
Affiche d'exposition / Alfred Manessier


Toutes les affiches


Nuit du Jeudi Saint, 1955Alfred Manessier est né en 1911 à Saint-Ouen (Somme). Il fait des études d’art à l’Ecole des beaux-arts d’Amiens. Il s’installe à Paris en 1929 où il suit des cours d’architecture à l’Ecole des beaux-arts, tout en fréquentant les Académies libres de Montparnasse. Alfred Manessier se lie avec Jean Le Moal. En 1935, les deux hommes travaillent à l’Académie Ranson dans l’atelier de Roger Bissière. Il participe, avec Robert Delaunay, à l’élaboration du Pavillon de l’Air et des Chemins-de-fer, édifié pour l’exposition internationale de Paris en 1937.

A partir de 1933, Manessier commença à exposer son travail dans les Salons parisiens (Indépendants, Jeunes artistes, Tuileries, Salon d’automne, etc.). Jusqu’à la guerre, Manessier se montrera sensible aux sollicitations cubistes, puis surréalistes. Il est mobilisé à la déclaration de guerre, puis démobilisé. Manessier rejoint Bissière chez lui dans le Lot.

En 1941, Alfred Manessier participe à l’exposition devenue historique "Vingt peintres de tradition française" (Galerie Braun, Paris).

Manessier se convertit à la foi en 1943, suite à un bref séjour à la Trappe de Soligny. Manessier prend peu à peu le chemin de l’abstraction. Il sera l’un des fondateurs, en 1945, du Salon de Mai (Paris). Son art commence à être reconnu à l’étranger où des expositions sont consacrées à la jeune peinture française (Toronto, Dublin, Stockholm, etc.). Sa première exposition personnelle est organisée à la galerie Jeanne Bucher (Paris) en 1949. ; l’artiste y expose des peintures et des lithographies. Ce sera la première exposition d’une longue suite qui permettra, sa vie durant, de montrer son travail (musées, galeries, France, étranger).

Le Crotoy, dessin d'Alfred ManessierAlfred Manessier dans son atelier, 1952

Peut-être peut-on distinguer dans l’oeuvre de Manessier les oeuvres profanes d’inspirations paysagistes et les oeuvres sacrées d’inspirations spirituelles. Les premières, pourtant, participent encore à la communion de l’artiste avec la Création, dans un prolongement panthéiste de la foi. Alfred Manessier, peintre et chrétien dans ce monde, que tout de ce monde le concernait, ne s’est jamais réfugié dans une indifférence commode envers les événements sociaux ou politiques de son époque.

La création artistique de Manessier s’est exercée au travers de techniques diverses, vitraux (plus de 200), tapisseries, travaux d’animation monumentale, peintures, oeuvres sur papier. Homme de méditation, artiste de l’intériorité, aventurier de l’esprit qui évolua résolument vers la dématérialisation des éléments narratifs, il est l’un des grands peintres de l’Ecole de Paris et de la seconde moitié du XX° siècle. Manessier a posé la question de la présence du contenu spirituel dans l’art contemporain.



Alfred Manessier est mort accidentellement à Orléans en 1993.