En mémoire . . .
Portrait de Giacometti Alberto
"Tout l’art du passé surgit devant moi, comme si l’espace prenait la place du temps."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Alberto Giacometti, dessins », A. du Bouchet, Ed. Maeght, 1969
« Alberto Giacometti », B. Lamarche-Vadel, Nouvelles éditions françaises, 1984
« Un portrait par Giacometti », James Lord, Gallimard, 1991
« Pierres pour Alberto Giacometti », M. Leiris, L’Echoppe, Caen, 1991
A lire de l'artiste :
« Ecrits », Hermann, Paris, 1990
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Alberto Giacometti, the complete graphics », Herbert C. Lust, Tudor Publishing Co., New York, 1970
*« Drawings », J. Lord, New York Graphic Society, 1971
The complete graphics », révisé, Herbert C. Lust, Alan Wofsy Fine Arts, San Francisco, 1991
*« L'oeuvre », C.R. en préparation, Association A. Giacometti
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Giacometti Alberto

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Anne Turlais
Coup de coeur
Appleby Théodore
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Giacometti Alberto
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Giacometti Alberto
SURREALISME /1924-1969 / Marcel Duchamp, Dora Maar, Kurt Schwitters, Taro Okamoto, Antonio Berni, etc.
ATELIER 17 /1927-1965 / Anton Prinner, Mauricio Lasansky, Jacques Lipchitz, Mark Rothko, etc.
SCULPTURE MODERNE /1930-1970 / William Kenneth Armiage, Constantin Brancusi, Anthony Caro, Naum Gabo, Pablo Gargallo, Isamu Noguchi, etc.

Affiche d'exposition Giacometti Alberto 
  Quelques notes de biographie . . .
"L'idée de faire une peinture ou une sculpture de la chose telle que je la vois ne m'effleure plus. C'est comprendre pourquoi ça rate, que je veux. " - Alberto Giacometti
Giacometti Alberto dans son atelier
Affiche / Giacometti dans son atelier


Toutes les affiches


Alberto Giacometti est né en 1901 à Borgonovo (Suisse). Il apprend très tôt la peinture auprès de son père (Giovanni), puis la sculpture à l’Ecole des Arts et Métiers de Genève (1919-1920). Il s’installe en France (Paris) en 1922 ; son frère Diego l’y rejoindra trois ans plus tard. Giacometti parfait sa formation dans l'atelier d'Antoine Bourdelle. Il réalise alors des peintures et sculptures réalistes. Giacometti fréquente l’Atelier de la Grande Chaumière de 1922 à 1927.

C’est en 1925, qu’il commence à construire des sculptures imaginaires qui évoquent la forme humaine, « sculptures plates » et « sculptures ouvertes ». En 1926, sous l'influence de Laurens, de Zadkine et de Lipchitz, Alberto Giacometti se soumet à la discipline cubiste. Sa première exposition personnelle est organisée en 1930, alors qu’il a déjà rejoint le groupe surréaliste (avec lequel il rompt en 1934). Ce sont ses rencontres avec Miro, Masson et Leiris, qui l’avait propulsé dans le monde surréaliste. Il dessine, grave, illustre (Crevel). Ses oeuvres surréalistes évoquent la violence, le sexe et la mort.














En 1934, période de solitude (il détruira plusieurs de ses oeuvres), il décide de revenir à un travail qui soit « un double de la réalité » ; l’artiste veut rendre compte du monde extérieur, du visage et de l’ensemble de l’être humain (nombreux bustes de son frère). Les oeuvres peintes sont dépouillées, sans artifices, et peu colorées. Il entre dans une période où les sculptures sont de plus en plus petites.

Giacometti fuit la guerre en s’installant à Genève. De retour à Paris en 1945, il ne cesse de travailler (sculptures, dessins, gravures, etc.), portant un autre regard sur son travail ; il entreprend une série de statues en bronze ou en plâtre peint, effigies d’hommes et de femmes, nues, allongées, étirées, creusées. Ses effigies disent une détresse existentielle, squelettes filiformes, squelettes en mouvement. Il créera aussi, un peu plus tard, des sculptures d’animaux, selon les mêmes principes de réduction de la silhouette. Parallèlement, il peint des portraits d’après nature, définissant l’espace par des réseaux de ligne où Giacometti cherche avant tout à restituer l’intensité de la présence et du regard. Giacometti s’attachera également à explorer ses recherches dans son oeuvre graphique.














En 1965, des rétrospectives de l’artiste sont organisées à l’étranger (Angleterre, Danemark, Etats-Unis). En 1966, il reçoit le grand prix de sculpture de la Biennale de Venise et la première grande rétrospective française de l’ensemble de son oeuvre est organisée à l’Orangerie (Paris) en 1969.

Atteint d’un cancer, il est mort en 1966 à Coire (Suisse).