En mémoire . . .
Portrait de Clément Alain
"Je m'approche de chacun de mes tableaux avec l'espoir d'une couleur."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Les entrelacs d’Alain Clément », M. Faucher, in Cimaises, Paris, été 1990
« A. Clément. Peintures 1980-1995 », Ed. Ensb-a, Paris, 1995
« A. Clément. Neue Arbeiten », Cat. Galerie Orangerie-Reinz, Cologne 1997
« Alain Clément, 1996-2001 », Yves Michaud, Ed. Actes Sud, 2001
A lire de l'artiste :
« Entre peinture et gravures », in Nouvelles de l’Estampe, n° 151, mars 1997
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Clément Alain

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Morandi Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Clément Alain
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Clément Alain
ARTISTES D'AUJOURD'HUI /XXème siècle /
SCULPTURE MODERNE /1930-1970 / Julio Gonzales, Henri Laurens, Lynn Chadwick etc.
timbre postal de Clément Alain
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Clément Alain 
  Quelques notes de biographie . . .
Depuis qu'Alain Clément montre des structures, il prend un autre départ. Il coupe la branche sur laquelle est assise naturellement la peinture. Werner Krüger
Clément Alain dans son atelier
Affiche / A. Clément dans son atelier


Toutes les affiches


Alain Clément est né en 1941 à Neuilly-sur-Seine. Il va nourrir essentiellement son adolescence et sa jeunesse de littérature et de poésie ; très tôt, il pratique la gravure qui reste encore aujourd’hui au carrefour de sa peinture et de sa sculpture. Il a 20 ans lorsqu’il commence à peindre. Ses multiples intérêts pour la chose imprimée l’orienteront naturellement vers le domaine de l’édition (Revue « L’Arbre » en 1962, revue « Dire » en 1963, « Fata Morgana » entre 1966 et 1969).

Affiche d'exposition d'Alain clémentAlain Clément est avant tout un artiste autodidacte. La fin des années 60 est marquée par une volonté d’engagement artistique qui se manifestera par des actions publiques en marge de l’institution et se traduira par une pratique très formaliste, pratique répondant à des définitions précises dans ses domaines d’interventions (peinture, dessin, photographie, etc.). On raproche souvent abusivement Alain Clément du groupe « Supports/Surfaces » (1969), représenté par des artistes amis (Bioulès, Dezeuze, Viallat, Pincemin, Louis Cane et autres) dont il est proche géographiquement.

La peinture d’Alain Clément qui eut, dans un premier temps, une visée politique, devient conceptuelle. L’artiste, qui visitera les principaux musées européens, « redécouvre » la peinture ancienne (le baroque italien, notamment) ; ce regard, à travers la problématique du geste, ranimera le goût de l’artiste pour la peinture. Clément participe à de nombreuses expositions collectives (dont la biennale de l’Estampe en 1970). Il sera professeur à l’Ecole des Beaux-Arts de Montpellier de 1973 à 1978, créant une animation culturelle dans la ville (co-organisateur de l’exposition « 100 Artistes dans la Ville »). Il deviendra professeur (1979-1985), puis directeur (1985-1990) de l’Ecole des Beaux-Arts de Nîmes.

Dans les années 80, Alain Clément se fera connaître comme peintre abstrait ; son geste s’ancre alors dans une peinture débordante, très physique, où son propre corps le place au centre de l’action picturale. « Je voyage dans l’espace de ma toile, c’est un peu dansé, » dit l’artiste. L’espace et la couleur sont les deux pôles qui construisent les œuvres de Clément.

Le début des années 90 marque un tournant radical dans l’œuvre de l’artiste. Le grand lyrisme coloré laisse la place un espace architecturé, structuré par la couleur, mis en volume par les valeurs ; la couleur s’étale maintenant en aplats, installe des plans, les matérialise, les délimite, les « sculpte ». Après une première tentative de sculpture en douves de chêne, l’artiste choisit le médium, puis se tourne vers l’acier.




Les Nouvelles de l'estampe, n°151










Alain Clément, au fil du temps, accédera à la commande publique ; sa peinture, comme sa sculpture, est présente dans d'importantes collections publiques en France comme à l’étranger (MNAM Centre Pompidou, MAN de la Ville de Paris, Kunsthalle de Hambourg, Kunsthalle de Brême, etc). Depuis le début des années 80, le travail d’Alain Clément est présenté sans interruption par des galeries réputées qui le représentent dans les foires d’art contemporain les plus importantes (Bâle, Cologne, Madrid, Paris, Dubaï, Séoul). De même et avec une grande régularité, de nombreuses expositions personnelles (Musée Fabre de Montpellier, Galerie Jean Fournier à Paris, Cologne, Hanovre, Céret, Morlaix, etc.) lui seront consacrées.