Background Image

Gustave Singier

Je veux rester en contact avec la nature, ne pas la copier, mais la représenter par des métaphores poétiques.

Image Image Image Image

Gustave Singier est né en 1909 à Warneton (Flandres, Belgique). Il passera son enfance dans la Belgique occupée par les armées allemandes. Dès l’âge de quatorze ans, Gustave Singier commence à peindre. Il suivra des cours à l’Ecole Boulle pendant trois ans, puis travaillera comme dessinateur d’architecture intérieure et de mobilier jusqu’en 1936. Il . . . . .

12 oeuvre(s) actuellement disponible(s)

Composition VI
Lithographie
Composition V
Lithographie
Composition sur...
Lithographie
Composition IV
Lithographie
Cargo suédois au...
Peinture
Un balcon en forêt...
Lithographie
Titre inconnu IV
Lithographie
Néreïdes lune
Gravure
Sans titre I
Gravure
Sans titre
Gravure
Titre inconnu III
Lithographie
Méridiennes
Lithographie

Catalogue(s) raisonné(s)

Catalogue(s) raisonné(s)
*« Das graphische werk », R. Schmücking, Städtisches museum, Brunswick, 1958 *« Gustave Singier », C. R. en préparation, P. Le Burgue, Paris Tous les catalogues raisonnés

Piste bibliographique & autres

A lire sur l'artiste :
  • « Singier », G. Charbonnier, Musée de Poche, 1957
  • « Hommage à Singier », C. Bourniquel, Bibliothèque nationale, Paris, 1986
  • « Gustave Singier », J. Lescure, Ed. Guitardes, 1988
  • « Gustave Singier », Philippe Leburgue, Ides et Calendes, 2002
A lire de l'artiste :
  • « Le monologue du peintre », G. Charbonnier, Julliard, Paris, 1959
Site internet :
Aucun site internet dédié à cet artiste.

En savoir plus :


Mouvements de l'art

Voir & découvrir

Au-delà des oeuvres actuellement en stock, il m’a semblé utile de vous donner à voir ou à connaître d’autres oeuvres de l'artiste. Ces pièces, vendues ou retirées de la vente, ont été dans le stock de la galerie dans un passé récent.

Cette rubrique vous permettra de mettre une image sur un titre ou l’inverse, ou tout simplement d’en découvrir un peu plus sur l’oeuvre de l'artiste. Quelle que soit la raison, pour le plaisir des yeux ! Michelle Champetier